Faut-il VRAIMENT plus d’empathie en médecine ?

Bon bon bon coucou c’est encore moi ! Vous vous dites « la nana va se mettre à bloguer tous les jours ça va commencer à être reloooo ». Je vais essayer que non. En fait je tombe sur la newsletter de la Chaire de Philosophie à l’Hôpital reçue aujourd’hui arrivée dans mes spams (phénomène freudien subliminal […] Lire la suite

Share

Le jour où j’ai couru après le Docteur

Bon. C’était à l’ère de ce que j’appelle ma naïveté médicale = quand je faisais encore confiance au Docteur. J’avais alors rendez-vous pour un test d’effort dans le cadre d’une suspicion d’une maladie B. Et il se trouve par ailleurs que dans le cadre d’une forte activité de maladie avérée A, je vivais avec du […] Lire la suite

Share

La fatigue

Bon. Quand je suis tombée malade chronique le 16 avril 2009, j’allais encore plutôt bien en termes d’état général. Je faisais des études dans une Grande École Prestigieuse, même s’il y avait plein d’ulcérations dans les organes de mon corps. Comme tout novice à l’aube de son diagnostic, je cherchais des solutions dans l’alimentation, dans […] Lire la suite

Share

La « Perle Rare »

Bon. On n’est jamais très content de se lever un matin pour aller à l’hôpital. On n’est même jamais content pendant des jours avant. Même si on peut avoir l’esprit très occupé par le travail par exemple, ou mille autres choses, la perspective de l’hôpital ça ronge de l’intérieur tout discrètement, en l’occurrence moi, ça […] Lire la suite

Share

L’appel de l’hôpital.

Ce matin. Le téléphone sonne. C’est l’Hôpital. Probablement pour fixer le prochain battle avec ce médicament. Qui a tellement d’effets secondaires. Qui me met tellement KO. Aujourd’hui. Je n’ai parlé à personne. J’ai tremblé toute la journée. Je me suis demandé si c’était ça la dépression. Je me suis demandé si c’était ça l’angoisse. Ce […] Lire la suite

Share

Ping, faisait la cuvette des toilettes

Bon. Coucou les lecteurs. Vous avez vu, ça fait loonnnnngtemps que je n’écris pas, c’est la fatigue maximale, la zombitude paroxystique, l’état de mort-vivance comme je dis. Vous vous traînez « comme un légume », à part dormir, mangeouiller, aller aux toilettetouiller, vous ne faites rien. Vous êtes vivants ok mais dans les faits… Même la douche […] Lire la suite

Share