Forlax vs Movicol

Bon. Je discutais l’autre jour avec une amie en D4 = bientôt médecin. Dans moins d’un an. Elle me faisait part de la difficulté des études, ça apparemment, ça va changer. Elle avait l’impression que les autres savaient « tout », qu’elle ne savait « rien ». Mais qu’est-ce que « savoir » en médecine ? Elle me faisait part aussi de ses doutes et de ses craintes en général, autour de la notion de « prescrire ».

Alors, selon le type de médecin, il y a prescrire des séances de kiné, il y a prescrire des imageries, des prises de sang, la sécu qui surveille qu’il n’y a pas trop de prescriptions de tout ça…mais jusque là, tout va bien.

Les choses se compliquent quand il est question de prescrire des molécules. Des molécules qui vont modifier la chimie d’un corps humain. Dans le but de l’améliorer c’est sûr. Mais il y a souvent (toujours ?) des effets secondaires. Là pareil, il y a les petits effets secondaires = le patient se plaint d’insomnies pendant sa petite corticothérapie 5 jours 10mg/kg pour rhume persistant, et les grands effets secondaires  = les lésions potentiellement irréversibles du foie sous methotrexate dans les MICI.

Ma copine future médecin ayant super peur de faire du mal à ses futurs patients avec les effets secondaires, j’en venais à me demander qui était vraiment responsable. On pourrait penser facilement que « celui qui a dit de faire » est responsable. Mais moi, la malade, si je mets le comprimé dans ma bouche, j’ai aussi ma part de responsabilité non ? Je sais que je dois en principe lire la petite notice du médicament avant de le prendre. Le pharmacien peut m’aider aussi.

Vous êtes en train de vous demander ce que c’est que cet article chiant ou le titre aguicheur allait faire parler de caca croustillant. On y vient.

Essayant de réconforter ma copine, je repensais à un truc qui m’interpellait voire m’agaçait parfois chez le médecin. Le patient, le malade, tout malade, il a sa petite expérience avec lui. Pas forcément des tonnes de compte rendus médicaux dont on n’en peut plus (faut lire le reste du blog !). Mais souvent ce que sa mémoire lui a appris, ce qu’il est capable de rapporter. Si le patient sait qu’il dort mieux avec un Lexo qu’un Xanax, si le patient sait que le kiné lui fait plus de bien qu’un Lexo, si le patient sait qu’il fait mieux caca avec un Movicol qu’un Forlax…
Mais alors pourquoi cette phrase qu’on entend si souvent dans la bouche du Docteur :
“Moi je préfère le… Forlax”.
Remplacez Forlax par ce que vous voulez.

Alors ok si UN Docteur, le Forlax ça le soulage, ce n’est pas forcément la même chose pour UN patient, ni pour UN autre Docteur, ni pour UN autre patient. Ok peut-être que le Docteur a prescrit à 50 patients du Movicol et à 50 patients du Forlax, et 80 patients ont rapporté préférer le Forlax. Ok peut-être que la HAS a dit Movicol d’abord, Forlax après.

Ok ok ok.

Mais en fait je me disais que la prescription ferait peut-être moins peur si elle était un travail d’équipe. Le médecin pourrait s’éclairer de l’expérience du patient avec les médicaments, le patient pourrait s’éclairer de l’expérience du médecin et des recommandations. Le patient éclairé serait informé des effets secondaires possibles. Il resterait vigilant et responsable.

À mon amie médecin, que tu te rassures, il me semble que, dans l’écoute et l’échange, le dernier des responsables c’est celui qui, éclairé, porte le comprimé à sa bouche. Ou le lavement à son c..
N’en déplaise aux savants, du Movicol ou du Forlax, moi je suis Movicol, et ça, ça ne s’apprend pas à l’école.

PS : cet article a été tweeté comme #BilletDeBlogDeLaSemaine du Département de Médecine Générale de l’Université Paris Descartes.

Share

2 commentaires

  1. Bonjour,
    Oui, il faut écouter le patient, mais également prendre en compte la composition, les effets indésirables et les interactions médicamenteuses.
    Le movicol (macrogol + bicarbonate de sodium + NaCl + KCl) a un profil différent du forlax (macrogol seul), à considérer chez certains patients.

    1. Je suis tout à fait d’accord avec vous 🙂 c’est ce que j’appelais le petit « travail d’équipe » entre quelqu’un qui connaît bien la théorie (le doc) et quelqu’un qui connaît la pratique individuelle (le patient).
      Par ex ici le travail d’équipe ça pourrait être d’expliquer que Movicol n’est pas terrible avec ses trop de sels, selon antcdts, et faire un test vers une nouvelle molécule…en tout cas l’expérience patient est vraiment essentielle je pense. C’est plus compliqué avec les enfants 😉
      Merci pour le commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *